• Comment laisser fleurir la joie?

  •  » J’ai décidé d’être heureux car c’est bon pour la santé « 
    Voltaire
      
     On peut définir La joie par  »un État de satisfaction qui se manifeste par de la gaieté, de la bonne humeur. C'est un sentiment de plaisir, de bonheur intense, caractérisé par sa plénitude et sa durée limitée, et éprouvé par quelqu'un dont une aspiration, un désir est satisfait ou en voie de l'être.«

    Alors que la joie est une sensation brute, la joie de vivre est un choix d’existence. La vraie joie n’est pas liée à un « Avoir », mais bien plutôt à l’ »Être ». C'est un sentiment qui s’entretient et se cultive. Un état d’esprit qui nous fait regarder le quotidien et les événements de la vie sous un angle positif.

    Comme l’écrit Frédéric Lenoir, dans son livre "La puissance de la joie", « la joie ne se commande pas, elle s’invite. ». Est-il donc possible « d’accéder à une joie active et permanente à travers un processus de libération et de communion , en créant un terreau propice à son émergence via des attitudes spécifiques« ?

    Selon lui,  en voici une liste non-exhaustive :

    • L’attention : la joie est souvent déclenchée par une expérience sensorielle. Il est par conséquent essentiel de porter notre attention sur ce que nous renvoie nos sens ici et maintenant.
    • La présence : soyons complètement dans ce que nous faisons comme s’il s’agissait de la chose la plus importante au monde. « La valeur d’une vie n’est pas la quantité de choses que nous y avons accomplies, mais la qualité de présence qu’on aura placée dans chacune de nos actions. »
    • La méditation : la méditation permet de développer nos qualités de présence et d’attention, à la fois dans nos expériences, nos sensations et dans nos pensée.
    • La confiance et l’ouverture du coeur : « Ouvrir son coeur, c’est accepter de vivre dans une certaine vulnérabilité, accepter la possibilité de tout accueillir, y compris celle d’être blessé. C’est avoir confiance dans la vie. »
    • La bienveillance : « La joie est le fruit d’un amour altruiste qui consiste à se réjouir du bonheur de l’autre. Cette joie prend racine dans la bienveillance. » Cette bienveillance fait taire la jalousie et l’amertume relative à l’envie.
    • La gratuité : Et si nous arrêtions, avant chaque acte, de nous demander « à quoi ça sert ? ». « Pour que la joie puisse fleurir, ne restons pas dans cette constante dimension utilitaire qui nous interdit l’ouverture et la disponibilité »
    • La gratitude : « la gratitude, c’est d’abord remercier la vie, ne pas se montrer ingrat envers elle, mais c’est aussi savoir lui rendre ce qu’elle nous a donné. La vie est un échange permanent. »
    • La persévérance dans l’effort : « La persévérance dans l’effort jusqu’à la réalisation de notre projet est presque toujours source de joie. »
    • Le lâcher-prise et le consentement : « Lorsque nous sommes confrontés à une difficulté que nous ne pouvons résoudre et que nous acceptons les choses comme elles sont, nous sommes en mesure de nous laisser gagner par la joie. »
    • La jouissance du corps : Il est capital de prendre soin de son corps, de tout faire pour le maintenir en bonne santé par une nutrition saine et équilibrée, un bon sommeil, de l’exercice physique. »